Recherche
 
Reçevoir les News
  Inscription
Désinscription
 

 


Honkytonk man
Réalisateur : Clint Eastwood
Scénariste :
Clancy Carlile

Photo :
Bruce Surtees
Musique :
Steve Dorff
Montage : Joel Cox, Michael Kelly, Ferris Webster

Année : 1982
Pays : Etats Unis
Durée : 2h02
Couleurs : Couleur
Genre :
Drame-Comédie

Casting :
Clint Eastwood (Red Stovall), Kyle Eastwood (Whit), John McIntire (Grand père), Alexa Kenin (Marlene), Verna Bloom (Emmy), Matt Clark (Virgil), Barry Corbin (Arnspringer), Jerry Hardin (Snuffy)

Sujet :
Aux Etats-Unis dans les années 30, la vie est difficile. Particulièrement dans les campagnes. Au fin fond de L'Oklahoma, le jeune Whit habite avec sa famille dans une ferme misérable. Et la seule distraction est l'apparition régulière de l'oncle Red qui depuis presque 30 ans, vit de ses prestations musicales dans des bars peu reluisants (les honkytonks).
Ce demi-escroc est un perdant à 100 %, un alcoolique et tubard à 150 %, mais il compose, gratte la guitare et chante comme personne.A chacun de ses passages, il provoque l'animation, que ce soit par ses excentricités dues à des états d'ébriété avancée ou par ses projets plus mirobolants les uns que les autres. Ces mésaventures donnent à la première partie du film un ton de comédie. Red Stovall est un empoté sympathique et risible.
Cette fois-ci pourtant, c'est du sérieux, il a obtenu une audition au Grand Ole Opry de Nashville, le temple de la Country music. Mais comment y arriver quand la tuberculose galope et que le moral ne va pas non plus très fort? Et qu'en plus, on est fauché comme les blés.
Il décide de faire le voyage en compagnie de son jeune neveu Whit et du grand pére. Arrivé à Nasville, Le film s'assombrit. La figure d'antihéros se transforme en celle d'artiste maudit, romantique et un peu convenue.
Eastwood ayant lui-même grandi à cette époque dans une campagne californienne qui n’était pas encore prospère, espère profiter de ce film pour évoquer les routes de son enfance, l'ambiance de l'époque. Le regard posé sur les situations et les individus gagne alors en justesse; l'introduction, très bien maîtrisée, instaure un climat nostalgique dans lequel baigne le film tout entier. C'est la quête du rêve qui se veut le centre, comme plusieurs longs métrages du cinéaste.
Eastwood veut répondre à la question: «Pourquoi autant de bons musiciens sont morts sur le chemin du succès?». Mais le film est plus un exercice surprenant de concassage de son image de héros qu'une réponse.

ajouter un commentaire Proposer un film


VOTRE AVIS

De: Kino-Road.com
Réagissez! Kino-road n'est pas responsable des commentaires publiés mais se garde le droit de supprimer les messages irrespectueux ou agressifs.

Les photos figurant dans les articles de ce site sont sous copyright des ayants-droits et sont employées ici à titre de citations visuelles . Les ayants-droits ne souhaitant pas les voir paraître sur kino-road.com peuvent nous contacter pour faire retirer ces images.
contact@kino-road.com