Recherche
 
Reçevoir les News
  Inscription
Désinscription
 

 


Eureka
Réalisateur : Shinji Aoyama
Scénariste :
Shinji Aoyama

Photo :
Masaki Tamura
Musique :
Shinji Aoyama, Isao Yamada
Montage : Shinji Aoyama

Année : 2000
Pays : Japon
Durée : 3h37
Couleurs : Couleur
Genre :
Drame

Casting :
Koji Yakusho (Makoto Sawai), Aoi Miyazaki (Kozue Tamura), Masaru Miyazaki (Naoki Tamura), Yoichiro Saito (Akihiko), Sayuri Kokusho (Yumiko), Ken Mitsuishi (Shigeo), Yutaka Matsushige (L'inspecteur)

Sujet :
Kyushu, au sud-ouest de l'archipel japonais, une sanglante prise d'otages traumatise à jamais Makoto, le chauffeur du bus attaqué et deux enfants Kozue et Naoki qui en restent muets et sombrent dans un profond mutisme.
Deux ans plus tard, après le divorce de leur mère et la mort accidentelle de leur père, les deux enfants se retrouvent seuls dans le domicile familial
De son côté, Makoto quitte sa femme, son travail et se réfugie chez son frère qui ne lui apporte cependant aucun réconfort. Il décide alors de s'occuper des deux enfants rejoint par leur cousin et de les convier à un deuxième voyage en bus, à la recherche de leur joie et innocence perdues...Il achète donc un bus d'occasion et propose aux 3 enfants de partir avec lui.
A l'origine du film d'AOYAMA Shinji, on retrouve les chocs et traumatismes consécutifs à la vague de violence et de crimes gratuits, comme les attentats au gaz sarin dans le métro de Tokyo, qui a sévi au Japon.
Shinji Aoyama choisit pour Eureka un beau Cinemascope noir et blanc (sepia en vérité, le film ayant été tourné en couleur).
Eureka s’attache à la vérité intérieure de chaque personnage et à la faculté précieuse qu'a chaque être humain de survivre à ses blessures intimes et de se recréer à travers autrui. Ce film retrace leur cheminement : un voyage de l'âme, un road-movie intérieur.
Dans la douleur, ils s'attachent peu à peu à constituer une sorte de nouveau cercle familial où ils peuvent faire face à l'horreur de leur expérience commune, commencer à reconstruire leur vie et à se libérer du passé.
Et cette nouvelle famille recomposée, mutique et névrosée que Makoto transporte avec lui, va se construire peu à peu dans ce vieux bus comme jadis dans la diligence de La Chevauchée fantastique (Ford, 38).D’ailleurs, l’auteur, Shinji Aoyama, revendique ce sixième long métrage comme un western fordien.

ajouter un commentaire Proposer un film


De

Les photos figurant dans les articles de ce site sont sous copyright des ayants-droits et sont employées ici à titre de citations visuelles . Les ayants-droits ne souhaitant pas les voir paraître sur kino-road.com peuvent nous contacter pour faire retirer ces images.
contact@kino-road.com